L’analyse fondamentale : mode d’emploi

Louis Yang

L’analyse fondamentale : mode d’emploi

3 OCTOBRE 2018
Par Louis Yang, rédacteur en chef - Cafedelabourse.com

L’analyse fondamentale est une méthode d’évaluation des titres financiers fondée sur les facteurs sous-jacents qui influent sur l’activité de l’entreprise. C’est la santé économique de la société qui est étudiée et non la fluctuation de ses cours en Bourse. Elle sert à déterminer la valeur intrinsèque d’un titre, sa valeur « réelle ». L’objectif reste bien sûr de réaliser un stock-picking* efficace et l’analyse fondamentale est à ce titre un moyen de déterminer quelle(s) entreprise(s) présente(nt) des fondamentaux solides et des valorisations intéressantes. Découvrez dans cet article quelles sont les grandes étapes d’une analyse fondamentale, les atouts de cette méthode et ses limites

Analyse fondamentale : la marche à suivre

L’analyse fondamentale cherche à déterminer si une entreprise représente un bon investissement en s’appuyant sur ses fondamentaux. Mais quels sont-ils et comment procède-t-on ?

La notion même de fondamentaux est délicate à appréhender car elle touche à tout ce qui, de près ou de loin, concerne la santé économique de la société. On les rassemblera en deux catégories : les facteurs quantitatifs et les facteurs qualitatifs.

Les facteurs quantitatifs de l’analyse fondamentale : les critères financiers

Il s’agit des éléments capables d’être mesurés et chiffrés. On pense bien sûr aux données financières issues des rapports annuels tels que le détail des actifs et passifs, les capitaux propres, le chiffre d’affaires, la marge opérationnelle, les bénéfices, mais aussi toutes les informations susceptibles d’être calculées à partir de ces données : les fameux ratios financiers.

Ils permettront notamment de connaître l’évolution de la marge bénéficiaire, de calculer le bénéfice par action ou encore de savoir si l’entreprise est solvable et est bien en mesure de rembourser ses dettes.

Les facteurs qualitatifs de l’analyse fondamentale : les critères non financiers

Il s’agit des fondamentaux immatériels de l’entreprise comme la part de marché ou la qualité du management, le pouvoir de la marque ou ses brevets, ses avantages concurrentiels. Ils permettent notamment de savoir si l’entreprise est dans une position suffisamment forte pour faire mieux que ses concurrents.

Cette dimension, peu quantifiable, même si elle n’est pas une science exacte ne doit pas être négligée. Enquêtez sur ces aspects en étudiant des données concrètes et tangibles : site web de la société, rapports annuels, discours des dirigeants, etc.

Définir la valeur intrinsèque

Grâce à cette double analyse quantitative et qualitative, vous serez en mesure de déterminer la valeur réelle de l’entreprise dans laquelle vous souhaitez investir, sa valeur “intrinsèque”. En effet, le premier grand postulat de l’analyse fondamentale est que le prix d’une action sur le marché secondaire de la bourse ne reflète pas sa valeur “réelle”.

En calculant la différence entre votre estimation de la valeur intrinsèque et la valeur de marché, vous pourrez estimer le niveau éventuel de décote qui correspond au « rabais » actuel du cours de bourse de la société par rapport à sa valeur réelle.

Si le prix auquel vous parvenez à l’issue de votre étude est supérieur à celui affiché par le marché, alors l’investissement pourrait être pertinent. La valeur intrinsèque peut ainsi servir d’objectif de cours à atteindre. Si tout se passe bien, l’investissement portera ses fruits sur le moyen long terme, à mesure que le marché se mettra au niveau des fondamentaux.

Cela nous amène au deuxième grand postulat de l’analyse fondamentale : sur le long terme, les marchés boursiers reflèteront la valeur des fondamentaux des actions des entreprises.

Les atouts de l’analyse fondamentale

L’analyse fondamentale possède de nombreux atouts. Elle vous permet d’estimer la performance des sociétés dans lesquelles vous envisagez d’investir pour savoir si le placement vaut le coup ou non. En estimant la valeur intrinsèque et en la comparant à la valeur de marché, elle vous permet de réaliser un stock-picking* efficace.

L’analyse fondamentale est aussi appréciable dans la mesure où elle permet d’écarter les émotions et de prendre des décisions d’investissement basées sur une analyse pointue et reproductible. C’est donc une méthode fiable, à destination d’investisseurs qui ne souhaitent pas baser leurs décisions sur des rumeurs ou des émotions, mais sur un raisonnement et une analyse fondée et quantifiable.

Les limites de l’analyse fondamentale

Toutefois, l’analyse fondamentale n’est pas si idyllique qu’il y paraît. En effet, elle repose sur deux grandes inconnues : d’une part, nous ne savons pas si notre estimation de la valeur intrinsèque est juste ; d’autre part, nous ignorons le temps que le marché mettra pour refléter la valeur intrinsèque d’une action, et s’il la reflètera d’ailleurs un jour.

On peut en effet lui opposer qu’en s’appuyant uniquement sur les fondamentaux et non sur les cours, elle occulte totalement le comportement des prix du marché, ce à quoi s’attèle l’analyse technique, l’autre grande méthode d’évaluation des titres qui repose elle essentiellement sur l’analyse des cours.

Attention cependant, si l’on oppose souvent analyse fondamentale et analyse technique, un investisseur avisé pourrait bien associer les deux et se servir de l’analyse fondamentale pour identifier des valeurs intéressantes et utiliser ensuite l’analyse technique pour déterminer le meilleur moment pour acquérir les titres. L’analyse fondamentale et l’analyse technique apportent à l’investisseur des informations différentes mais toutes aussi utiles à la prise de décision.

Et pourtant, les chantres de la théorie de l’efficience des marchés sont en opposition avec l’une comme avec l’autre méthode, soutenant qu’il est impossible de battre le marché, quelle que soit la méthode utilisée. L’argument avancé est que toute opportunité d’un retour sur investissement supérieur à la moyenne dû à une inefficience est presque immédiatement corrigée par les innombrables intervenants du marché, empêchant quiconque de nettement battre les indices à long terme. Peut-être... A vous de voir.

 

* Le stock picking désigne l’activité de sélection de titres, un par un, selon une batterie de critères d’analyse fondamentale.

Article achevé de rédiger le mardi 11 septembre 2018

Avertissement

Les informations contenues dans cette newsletter ne sont fournies qu'à titre d'information et ne constituent pas une incitation à investir et ne sont pas un conseil en investissement. Plus particulièrement, les opinions exprimées dans les articles n'engagent que les auteurs et ne sauraient refléter la position de BinckBank N.V. L'attention du lecteur est en outre attirée sur les risques liés au caractère spéculatif et aux fluctuations rapides et aléatoires de certains marchés financiers, aucune garantie ne peut être donnée quant à leur évolution future. Le lecteur reste seul et unique juge de l'opportunité des opérations qu'il pourra être amené à conclure et doit impérativement apprécier ses choix d'investissement en fonction de sa situation financière, de son expérience et de ses objectifs personnels en matière de placement (notamment en termes de degré d'acceptation du risque de perte en capital et de durée d'investissement envisagée).

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital.