Investir utile, investir solidaire : c’est quoi ?

Franck Pauly

Investir utile, investir solidaire : c’est quoi ?

6 JUILLET 2018
Par Franck Pauly,  Journaliste indépendant - Fondateur de FAP Conseil

Les Français veulent donner du sens à leurs investissements, au-delà de l’aspect purement financier. Différents indicateurs et enquêtes vont dans ce sens. Et le gouvernement veut réconcilier l’entreprise et la société avec la loi Pacte, le "Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises".

Une finance utile prisée...

Une étude, publiée en mars, réalisée par Patrimonia, en partenariat avec Sycomore AM, indique que l’épargne, est une réelle préoccupation des Français, en particulier l’épargne responsable pour les jeunes générations : 8 Français sur 10 épargnent, même occasionnellement, et 50% des Français ont commencé à épargner entre 19 et 34 ans. Pour les coups durs, la première raison d’épargner des Français, mais aussi pour diversifier leurs placements, la première motivation pour investir sur un produit financier.

Globalement, les Français qui souhaitent investir dans une entreprise via des actions ou toute autre solution d’investissement, souhaitent que leur argent profite à : l’environnement (71%), leur propre entreprise (65%), la société dans son ensemble (63 %) et aux producteurs qui leur fournissent les matières premières (54 %).

Les Français sont toutefois peu familiers de la notion de Finance Utile : des investissements qui concilient performance financière et impacts positifs sur la société et/ou l’environnement, le développement durable. Pourtant, ils sont largement convaincus de ces enjeux et sensibles aux investissements responsables : 67% des personnes interrogées sont prêtes à modifier leurs placements financiers pour être en cohérence avec les valeurs de la Finance Utile.

…une finance solidaire record

Autre type d’investissements prisés des Français : la finance solidaire, révèlent les résultats du 16ème baromètre de la finance solidaire Finansol/La Croix, qui vient d’être publié. La finance solidaire est basée sur des circuits simples et courts permettant à un épargnant de financer l’accès à l’emploi et au logement pour des personnes en difficulté, des activités écologiques, l’entrepreneuriat dans les pays en développement… tout en rapportant des intérêts.

Dans ce domaine, tous les indicateurs sont au vert : l’encours de l’épargne solidaire a atteint un nouveau record avec une collecte de 1,8 milliard d’euros en 2017, lui permettant de franchir le seuil des 11 milliards d’euros (+ 18,3 %), soit la meilleure collecte jamais enregistrée, avec 366 000 souscriptions supplémentaires (+87%).

Concrètement, la finance solidaire a permis de créer ou de consolider près de 45 000 emplois ; d’accueillir 3 700 personnes dans des logements ou places d’hébergement (EHPAD...) ; de soutenir plus de 80 acteurs du développement économique dans des pays du Sud ; de produire l’énergie nécessaire à la consommation électrique (hors chauffage) de près de 36 000 foyers.

Des critères extra-financiers utilisés par les gérants

Tout cela n’a pas échappé aux professionnels. La prise en compte des risques de nature sociale, environnementale ou en matière de gouvernance d’entreprise comme les critères ESG (environnement, social, gouvernance) prennent de plus en plus d’importance dans les allocations d’actifs des gérants professionnels. L’investissement socialement responsable (ISR) peut passer par des listes d’exclusion de secteurs comme l’armement ou le tabac, jusqu’à l’engagement actionnarial visant à dialoguer avec les entreprises.

Ces critères extra-financiers ont donc, semble-t-il, encore de beaux jours devant eux.

Avertissement

Article achevé de rédiger le 18 juin 2018.

Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement.
Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable des éventuelles décisions que vous prendrez sur la base de ces informations. Il est conseillé de se renseigner auprès d'un conseil en investissement agréé avant de prendre une décision d'investissement. Binck.fr ne saurait en aucun cas être tenue pour responsable de l’utilisation faite de cette information par les lecteurs et des conséquences financières, fiscales ou autres résultant des décisions financières prises par ses clients, notamment sur la base de cette information.

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital.