Indices - Toucher n’est pas couler

Nicolas Chéron

Indices - Toucher n’est pas couler

20 SEPTEMBRE 2018
Par Nicolas Chéron,  Responsable de la Recherche Marchés pour Binck.fr

Trump a une nouvelle fois frappé la Chine via une hausse des tarifs douaniers portant sur 200 milliards de dollars, mais les marchés s’en sont détachés. Las des pérégrinations du président américain, et après avoir relativisé l’ampleur des conséquences des derniers affrontements entre Washington et Pékin, les investisseurs semblent se laisser porter par la tendance haussière des valeurs technologiques et les résultats historiques des sociétés américaines - même si ces derniers ont été soutenus artificiellement par les mesures fiscales de Trump. Le Nasdaq100 est à une encablure d’un énième record historique cette année alors que le Dow Jones, bon dernier des indices américains, s’approche de ses plus hauts de janvier. Le point sur la situation.

Graphique journalier du Nasdaq100 depuis janvier 2018

nc-20sept01
Graphique du Nasdaq100
Source : ProRealTime au 19/09/18

Ci-dessus, l’indice des valeurs technologiques Nasdaq100 en données journalières. Graphiquement, nous pouvons constater que la forte volatilité du premier trimestre a laissé place à un rouleau compresseur haussier. Les cours sont inscrits dans une tendance haussière régulière, matérialisée par des plus bas de plus en plus hauts à l’intérieur d’un canal haussier (orange). Une cassure à la baisse des 7185 points correspondant aux plus hauts de janvier nous inviterait à la prudence, mais en attendant les acheteurs gardent la main.

De manière générale les marchés semblent imperméables aux aléas politiques et géopolitiques. Ni les tensions gouvernementales en Italie, ni les risques d’un « hard Brexit » ou encore les turbulences en Turquie n’ont réellement inquiété les opérateurs cet été. Ces dossiers épineux ont parfois engendré des pics de stress matérialisés par des replis temporaires des indices, certes, mais aucun signal baissier majeur n’aura été donné. Nous nous garderons toutefois de paraître optimiste sur ces sujets dont nous n’avons surement pas fini d’entendre parler, sachons prudence garder...

Aussi, nous retrouvons peu à peu l’environnement haussier du début de l’année 2018 avec des investisseurs positifs et une faible volatilité. Comme nous le rappelons régulièrement, les marchés haussiers naissent dans le pessimisme et meurent dans l’euphorie, il ne faudrait donc pas que l’optimisme actuel se transforme en euphorie exacerbée sous peine de connaître un nouveau retour de flamme.

Ci-dessous, en rose, le VIX (volatility index) communément appelé l’indice de la peur. Cet indice s’apprécie lorsque le stress, et donc la volatilité, augmente sur les marchés. Comme vous pouvez le constater les cours de ce dernier sont sur leurs plus bas de 10 ans, à proximité des niveaux de 2007 (avant la crise des subprimes) et de janvier 2018 (avant que ce dernier ne s’emballe) ce qui signifie deux choses. D’une part, la complaisance est bel et bien palpable, et d’autre part, les cours du VIX sont de nouveau sur une zone de prix à partir de laquelle ils peuvent violemment rebondir.

Autre information, et pas des moindres, les positions spéculatives (en jaune). Au mois de janvier, les positions spéculatives baissières sur la volatilité (ce qui revient à être haussier sur les indices) ont atteint un record historique, un consensus était trouvé. Parce que les marchés donnent rarement raison à la majorité, les indices ont par la suite reculé, engendrant un débouclage massif de ces positions et une déstabilisation des marchés dans leur ensemble. Or, que constatons nous ci-après ? Les positions spéculatives baissières sont pratiquement revenues à leur niveau de début d’année, nous pouvons donc en conclure que la cocotte-minute se remet à chauffer et qu’il faudra suivre l’évolution du VIX dans les semaines et mois à venir, un dérapage étant vite arrivé.

Graphique du VIX depuis 2007

nc-20sept02
Graphique du VIX
Source : Bloomberg au 11/09/18

Parallèlement, en Europe, les indices sont à la peine. Les fonds européens ont connu 26 semaines de sorties de capitaux sur 27, le CAC40 et le DAX sont à l’équilibre sur un an, la machine haussière semble enrayée. Comprenons l’investisseur international à la recherche de performance : la croissance est forte aux USA alors qu’elle patine en Europe et que la BCE vient de revoir ses prévisions à la baisse pour 2018 et 2019, et les résultats des entreprises aux USA sont historiquement bons et meilleurs que ceux des entreprises européennes. Les marchés européens sont simplement moins attractifs et donc moins recherchés.

Graphique journalier du CAC40 depuis mars 2018

nc-20sept03
Graphique du CAC 40
Source : ProRealTime au 19/09/18

En données journalières, le CAC40 est enfermé dans une large bande de fluctuation horizontale comprise entre 5250 et 5550 points. Une réaction positive a eu lieu sur la borne basse au début du mois de septembre et les cours reprennent peu à peu de la hauteur sous les 5400 points, en plein milieu du range évoqué.

Difficile d’envisager la suite car nous sommes à la croisée des chemins. Point positif, les supports sont réactifs et la tendance haussière de fond en place depuis 2009 soutient les cours. Point négatif, ces derniers font des plus hauts de plus en plus bas depuis le mois de mai, ce qui démontre leur sous-performance par rapport aux indices américains et invite à la prudence pour la suite. Nous ne pouvons désormais qu’attendre des signaux clairs.

En conclusion, l’environnement de marché n’a pas changé cet été : les marchés américains restent haussiers et les indices européens soutenus. Le potentiel haussier en Europe nous semble amoindri par de nombreux facteurs et il faudra bien se garder de devenir trop haussier sur les indices européens s’ils revenaient sur leurs plus hauts annuels. En attendant, certains secteurs semblent retrouver la faveur des investisseurs, comme les matériaux de base et l’automobile ces dernières séances. Peut-être est-ce le moment opportun pour réaliser des opérations ciblées de court terme plutôt que d’essayer d’anticiper la suite des évènements à moyen terme. La patience semble de rigueur.

Suivez-nous sur Twitter : @BinckFR et @NCheron_bourse

Avertissement

© Photo Philippe Dureuil

Article achevé de rédiger le 19 septembre 2018.

Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement.
Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable des éventuelles décisions que vous prendrez sur la base de ces informations. Il est conseillé de se renseigner auprès d'un conseil en investissement agréé avant de prendre une décision d'investissement. Binck.fr ne saurait en aucun cas être tenue pour responsable de l’utilisation faite de cette information par les lecteurs et des conséquences financières, fiscales ou autres résultant des décisions financières prises par ses clients, notamment sur la base de cette information.

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital.