Histoire de graphiques

Nicolas Chéron

Histoire de graphiques

5 NOVEMBRE 2018
Par Nicolas Chéron,  Responsable de la Recherche Marchés pour Binck.fr

Au menu cette semaine, une revue graphique qui mêle unités de temps et sous-jacents étudiés récemment. Nous souhaitons ici partager avec vous notre lecture transversale multi-marchés en période d’indécision et de volatilité. Evidemment, cette lecture graphique est à coupler avec une bonne compréhension des enjeux politiques et macroéconomiques du moment, sans oublier la psychologie des opérateurs et le sentiment ambiant. À travers cette analyse, nous souhaitons aussi vous démontrer que les conditions actuelles permettent à tous les profils de profiter d’opportunités, à court ou à long terme, à l’achat comme à la vente. Tout dépend de votre profil, vos scénarios, vos actifs de prédilection et surtout, de votre horizon d’investissement.

Disclaimer : Cette analyse graphique est apportée dans un seul but pédagogique et ne constitue en aucun cas une recommandation de la part de Binck.fr ou une démarche d’incitation à la souscription des valeurs sélectionnées, celles-ci n’ayant été choisies, de par leurs spécificités, qu’à des fins purement et simplement pédagogiques.

Ces dernières séances, nous avons constaté que de nombreux intervenants ne se comprenaient pas dans les débats parce qu’ils ne définissaient pas bien le cadre de leurs échanges. Lorsque l’on parle des indices américains par exemple, force est de constater qu’ils sont sous pressions baissières de court terme, mais toujours haussiers à long terme. Un fonds d’investissement aura donc tendance à rester en position tant que les indices sont haussiers. Un investisseur avec un biais baissier de moyen terme aura, quant à lui, plutôt tendance à vendre les rebonds. Enfin, un trader fera comme d’habitude non pas en fonction de ce qu’il veut voir, mais de ce que les graphiques lui montrent.
En bref, chacun fera en fonction de son money management et de sa stratégie, il y a des opportunités pour tous les profils et la volatilité devrait à priori rester exacerbée avec les grands rendez-vous de fin d’année, élections américaines et Brexit entre autres.

Graphique mensuel du S&P500 depuis 2000

SP500-Mensuel
Graphique du S&P500
Source : ProRealTime au 31/10/18

Avant de commencer, posons le cadre long terme. Sommes-nous à l’aube d’une correction indicielle majeure ? Telle est l’interrogation du moment. À plusieurs reprises depuis le début de l’année 2018, nous vous avons présenté un graphique de très long terme, sorte de toile de fond, alertant sur les risques de correction majeure : il s’agit du SP500 en données mensuelles, sur 20 ans, visible ci-dessus.
A la lecture de ce graphique, s’appuyant sur un décompte Elliottiste (méthode en 5 vagues), nous sommes peut-être à l’aube d’un retournement majeur, ou du moins de la fin d’un mouvement majeur qui dure depuis 9 ans, potentiellement validé par le dernier sommet à proximité des 3000 points. Nous avons ici un mouvement haussier en cinq temps, sur près de 10 ans, soit un des mouvements haussiers les plus longs de l’histoire. Nous avons assisté à un violent retour sur les plus bas annuels, qui tiennent pour l’instant.
Il est donc beaucoup trop tôt pour parler de retournement du « bull market » (marché haussier) en place depuis 2009, et de « bear market » (marché baissier, qui nécessite par définition une baisse de 20% de l’indice par rapport à ses plus hauts) mais nous nous devons tout de même de constater que les prémisses d’un changement de psychologie, de dynamique et de rythme sont en train de prendre forme. En cas de cassure violente des plus bas annuels, nous estimons qu’une baisse de 20 à 30% pourrait aisément prendre forme sur une période de 12 à 24 mois, comme par le passé. En attendant, personne ne sait si les plus bas vont casser rapidement ou pas, nous ne sommes ni à l’abri d’un krach, ni à l’abri d’un retour sur les plus hauts. Maintenant que le cadre est posé, voyons ce qu’il s’est passé graphiquement ces dernières semaines et quels actifs nous ont permis de prendre le pouls des marchés.

Graphique hebdomadaire du Nikkei depuis avril 2016

NK225-Hebdo
Graphique du Nikkei
Source : ProRealTime au 31/10/18

Tout comme les indices américains et européens, l’indice japonais Nikkei est violemment passé de ses plus hauts annuels à ses plus bas annuels. Il est souvent dit en bourse que les excès sont corrigés par des excès, voilà qui est fait. Est-ce que les cours vont casser par le bas ou retourner une ultime fois chercher des zones de résistance, impossible à dire avec l’élection américaine à venir. Mais force est de constater qu’aucun mal n’a encore été fait. Evidemment, en cas de violente cassure des plus bas, il en serait autrement. Néanmoins vous comprenez pourquoi nous avons insisté dans nos dernières émissions sur le fait que les marchés ne vont pas en ligne droite, et qu’un support majeur avait été trouvé fin octobre.

Graphique hebdomadaire d’Amazon depuis juillet 2016

AMZN-Hebdo
Graphique d'Amazon
Source : ProRealTime au 31/10/18

A l’image de nombreux titres et secteurs jusqu’ici haussiers, Amazon est un « jouet cassé » à court terme c’est-à-dire que sa tendance jusqu’ici haussière s’est violemment retournée et qu’elle pourrait impacter la dynamique de moyen terme, voire de long terme si d’autres supports venaient à céder. Tout comme les indices, Amazon semble avoir trouvé un soutien sur une ancienne oblique de résistance devenue support. Il se pourrait donc que le titre du géant américain tente une stabilisation, à l’horizontal, entre zone de soutien vers 1430 dollars (en pointillé) et zone de résistance, désormais à 1800 dollars (en rouge). Par la suite, si l’oblique de moyen terme venait à céder à son tour, la configuration laisserait entrevoir une nouvelle salve baissière, vers des soutiens de long terme cette fois, pourquoi pas en direction du seuil psychologique des 1000 dollars, soit un retour en arrière d’une année (ce qui en soit n’a rien d’exceptionnel).

Graphique journalier de Teleperformance depuis février 2018

TEP-Journalier
Graphique de Teleperformance
Source : ProRealTime au 01/11/18

Nous avons constaté dès la semaine passée que des supports avaient été touchés sur de nombreux titres français (voir notre émission du mardi 30 octobre « Opportunités sur les actions »). Des titres jusqu’ici très fortement haussier, comme Teleperformance, avaient retrouvé leur moyenne mobile à 200 périodes, des zones horizontales d’importance correspondant parfois à des gaps laissés ouvert par le passé ou des anciens records annuels, ce qui leur ont permis d’engager des réactions haussières voire de beaux rebonds. Ces niveaux de prix graphiquement très précis sur des actions agiront très certainement comme pivots et serviront aux deux camps dans un avenir proche. Les acheteurs savent qu’il faudra absolument les tenir pour espérer remonter chercher des résistances voire leurs anciens records. Les vendeurs attendront potentiellement leur cassure franche pour intervenir et mettre à profit une nouvelle attaque baissière.

Graphique journalier d’Iliad depuis mai 2018

ILD-Journalier
Graphique d’Iliad
Source : ProRealTime au 01/11/18

Ce sont également des titres comme Iliad qui nous ont mis la puce à l’oreille sur la possibilité d’un rebond. En effet, des titres baissiers mais survendus comme ce dernier avaient atteints et réagissaient depuis déjà des semaines sur des zones de soutien de long terme. Alors que les indices se faisaient encore peur sur leurs supports à la fin octobre, Iliad nous indiquait par sa résilience que le début de la chasse aux bonnes affaires (à court terme) avait commencé. Néanmoins, la configuration d’Iliad est à l’image des marchés, une réaction a eu lieu sur support mais il est trop tôt pour parler de retournement validé. Le titre évolue dans un biseau descendant dont il faudra s’extraire pour espérer aller plus haut, ce qui n’est pas acté.

Graphique mensuel de Valeo depuis 2008

valeofr-mensuel
Graphique de Valeo
Source : ProRealTime au 29/10/18

Autre exemple de titre qui avait trouvé un support long terme après une phase baissière extrêmement violente, Valeo. Valeo, dont nous avions publié le graphique ci-dessus sur Twitter le 29 octobre, et qui a repris 20% depuis, indiquant que les velléités haussières étaient de retour. Le rebond sera-t-il durable ? Difficile à dire, d’autant que la configuration graphique de long terme est dégradée. Mais force est de constater que les supports de très long terme fonctionnent et peuvent engendrer de vives réactions, lorsque les cours s’en approchent pour la première fois.

Graphique hebdomadaire de MND

mnd-DqxR_UgXQAAcn07
Graphique de MND
Source : ProRealTime au 30/10/18

Parce que les indices faisaient de la résistance, que des valeurs baissières tentaient des rebonds et que les Small caps avaient été complètement délaissées, nous avons screené ces dernières, c’est à dire que nous avons passé en revue des centaines de graphiques, afin de trouver des exemples d’actions survendues, sur supports long terme.
Un des graphiques que nous avions trouvé correspondant à cette configuration est celui d’une petite valeur, Montagne et Neige Développement, représenté ci-dessus. Elle est passée de 1,2€ mi-octobre, à près de 2 euros vendredi 2 novembre, soit une hausse de plus de 50% Si les marchés deviennent baissiers, il faudra faire particulièrement attention aux petites capitalisations et valeurs moyennes, qui peuvent fortement baisser par désintérêt des investisseurs. Mais si les indices, malgré des frayeurs, tiennent des zones majeures et rebondissent, ce type de configuration pourra à nouveau être recherché.

Graphique journalier d’Innate Pharma depuis avril 2018

IPH-Journalier
Graphique d’Innate Pharma
Source : ProRealTime au 01/11/18

Autre possibilité pour les traders actions, déceler les pépites qui montent quoi que fassent le CAC40, comme ici Innate Pharma. Cette biotech a tout eu pour elle depuis deux semaines : l’entrée à son capital de Astrazaneca, des changements de recommandations d’analystes à la hausse, des volumes historiques permettant la cassure d’une résistance historique, et une surperformance rassurante par rapport aux indices sous pression. C’est ce genre de configuration, surtout en marché baissier, qui permet de performer et surtout de ne pas avoir à se soucier de ce que les indices vont faire le lendemain.

Graphique d’Orange depuis février 2018

ORA-Journalier
Graphique d'Orange
Source : ProRealTime au 31/10/18

Dans les semaines à venir, nous suivrons de près l’évolution des secteurs défensifs, comme les Télécoms et ici Orange, qui tient particulièrement bien sa zone de soutien et semble profiter d’une rotation sectorielle au profit d’actions moins volatiles, dont les multiples de valorisation* sont autrement moins élevés que dans le luxe par exemple. Si les valeurs jusqu’ici locomotives de la hausse n’arrivent pas à se reprendre et que les valeurs défensives surperforment, cela nous indiquera le niveau de craintes des opérateurs sur la suite des opérations.

Graphique mensuel du CAC40 Growth Return depuis juillet 2016

PX1GR-Hebdo
Graphique du CAC40 GR
Source : ProRealTime au 01/11/18

Nous ayant déjà servi par le passé, nous garderons un œil sur le CAC40 GR (dividendes réinvestis). Sur ce graphique vous pouvez constater que l’indice français fait du surplace depuis un an et demi, et les investisseurs étant pour une sortie de la zone actuelle afin de profiter d’une hausse de la volatilité et d’opportunités baissières se font de plus en plus nombreux. Comme vous pouvez le noter, les plus hauts de plus en plus hauts de 2017 et début 2018 ont laissé place à un échec sous les 14500 points et un violent retour sur support. La hausse a fait place à la neutralité. Les mois à venir seront d’une importance capitale pour les investisseurs de long terme qui verront ou non les cours tenir les supports, remonter vers les plus hauts et permettre une porte de sortie, ou perdre pied. Les expositions devront surement être ajustées.

Graphique journalier du CAC40 depuis avril 2018

PXI-Journalier
Graphique du CAC40
Source : ProRealTime au 01/11/18

Voici enfin le cadrage technique du CAC40 pour les séances/semaines à venir. A la hausse, les cercles représentent des objectifs haussiers théoriques, anciennes résistances horizontales ou obliques : les 5100 points et la moyenne mobile à 20 jours (MM20), les 5250 et 5350 points et la moyenne mobile à 200 jours (MM200), et les 5450 (haut de canal hypothétique). A la baisse, un gap baissier a été laissé ouvert à 5040 points et l’incertitude engendrée par les élections américaines de mi-mandat pourrait engendrer sa fermeture. Dessous, les seuils de soutien ressortent à 4930 (les plus bas récents, seuil de la MM200 hebdomadaire), puis le bas de canal à 4850 avant les 4600 seuil de long terme.

En conclusion, les marchés n’ont pas craqué mais sont fragilisés. Il va falloir faire preuve de prudence, ne pas avoir de biais trop affirmé et attendre que les indices nous donnent des signaux clairs, après les élections du 6 novembre, dont les résultats engendreront certainement un gap à l’ouverture du CAC40 le 7 novembre. Dorénavant, n’hésitez pas à jongler entre les indices, entre les secteurs et surtout entre les unités de temps de vos graphiques, afin d’avoir une vue d’ensemble de la situation.


*La méthode des multiples consiste à produire une série de multiples, par exemple la valeur d'une entreprise sur son chiffre d'affaire ou sur son résultat net.

Suivez-nous sur Twitter : @BinckFR et @NCheron_bourse

Avertissement

© Photo Philippe Dureuil

Article achevé de rédiger le 5 novembre 2018.

Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement.
Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable des éventuelles décisions que vous prendrez sur la base de ces informations. Il est conseillé de se renseigner auprès d'un conseil en investissement agréé avant de prendre une décision d'investissement. Binck.fr ne saurait en aucun cas être tenue pour responsable de l’utilisation faite de cette information par les lecteurs et des conséquences financières, fiscales ou autres résultant des décisions financières prises par ses clients, notamment sur la base de cette information.

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital.