Un krach en images

Article achevé de rédiger le 20 mars 2020

Écrit par Nicolas Chéron | 6 minutes
VEN. 20-03-2020

30 000 000 000 000 de dollars.


C’est 30% de la capitalisation boursière planétaire qui a été vaporisée en l’espace de 6 semaines. Nous n’allons pas vous refaire l’article au sujet de la pandémie en cours, de ses conséquences catastrophiques et encore inconnues à ce jour et des milliers de milliards de dollars que les officiels et banques centrales sont en train d’injecter à une vitesse encore jamais vue pour tenter d’endiguer la crise en cours. Car il s’agit bien évidemment d’une crise historique dont les livres d’histoire (boursière) parleront, après la crise des valeurs technologiques en 2001 et la crise des subprimes en 2008.
Est-ce que la récession mondiale va être rapide ? est-ce que les foyers infectieux vont se multiplier ? les actions peuvent-elles aller plus bas ? autant de questions auxquelles il est extrêmement complexe voire impossible de répondre pour le moment. Simplement, il convient tout de même de prendre du recul sur la situation, de se servir de seuils historiques pertinents, définir des zones mensuelles, historiques, très long terme, sur lesquelles des réactions peuvent avoir lieu.

En exemple le pétrole. Le WTI a touché un support long terme à 20 dollars, il est impossible de savoir si ce dernier ira plus bas ou non. Par contre, définir à l’avance que 20 dollars pourrait être un niveau de prix attractif permet, aux investisseurs qui le souhaiteraient, de rentrer au plus près de ce niveau, de mettre un stop rapidement, de ne pas voir sa position passer dans le rouge vif, et de prendre des gains partiels sur le premier rebond afin de se prémunir d’une perte sur la position totale si les cours devaient retomber par la suite. Vous l’aurez compris, ce marché est un marché de technicien, agile, prêt à entrer sur des zones clés long terme avec des stops, prêt à prendre des gains rapides quitte à revenir plus bas, et surtout prêt à encaisser des pertes, pour ne pas se laisser emporter par la chute comme trop nombreux l’ont encore fait cette fois. Nous le rappelons : le stop est votre parachute, ne pas utiliser de stop vous expose.

Pétrole WTI en données mensuelles depuis 2007

Oil
Source : ProRealTime au 20 mars 2020

Ci-dessous, des actifs particulièrement suivis par les investisseurs français, toutes classes confondues. Le but est de vous montrer à quel point, en craquant, nombreux d’entre eux sont allés droit chercher des zones de long terme sur lesquelles ils ont réagi. C’est typiquement sur ce genre de zones clé que vos chances de réussites sont augmentées (mais pas garanties), que votre ratio risque/gain est à son paroxysme.

Un indice pour commencer, le DAX vue mensuelle depuis 2007.


Vous pouvez constater la violence de la chute de 40% et apprécier l’importance des 8000 points. En effet, ce seuil correspond aux plus hauts de 2007, aux plus bas ou presque de 2014 et à la moyenne mobile à 200 mois, il est donc légitime qu’une pause s’y impose. Pause qui pourrait permettre des opportunités sur le marché action, des rebonds déjà en cours, des rattrapages haussiers. Comme nous l’expliquions dans l’émission Binck Hebdo cette semaine, c’est le niveau 1 d’attractivité pour l’acheteur long terme qui pense que cette crise sera endiguée par la suite. Certains entreront sur ce seuil pour moitié, d’autres attendront plus bas en cas de crise grave et profonde, sur le niveau 2, vers les 6300 points, correspondant à une chute de 55% comme en 2008 et à une oblique long terme passant par les plus bas depuis 20 ans.
Tout dépendra donc de votre profil, moyen terme, très long terme, bon père de famille ou plus agressif. Tout dépend aussi évidemment de votre avis sur la crise en cours et de votre aversion au risque.



Dax
Source : ProRealTime au 20 mars 2020

 

Dans la lignée des indices, deux exemples de titres.


Une valeur de croissance, graphiquement ultra haussière, Safran, et une valeur de rendement, bon père de famille, Total.
Comme vous pouvez le voir, Safran a été divisé par 3 en l’espace de 2 mois et son cours est venu se poser sur une zone ultra long terme de 20 ans, à 50 euros, qui correspond aux plus hauts de 2000 et au plus bas de 2016. C’est sur ce genre de seuil majeur, très long terme, que la probabilité d’un rebond est la plus élevée. C’est à partir de ce genre de support, une fois le couteau planté (cf. l’expression « on n’achète pas un couteau qui tombe), qu’il est légitime de s’intéresser à ce type de dossier, sans oublier qu’un rebond n’est jamais garanti et qu’un titre peut toujours aller plus bas.


Safran
Source : ProRealTime au 20 mars 2020

Concernant Total, nous avions envisagé une chute des cours sous les 40 euros en direction des 35 voire des 30 euros ce qui nous avait valu quelques reproches. C’est finalement à proximité des 20 euros que le titre du géant français semble, pour le moment, trouver une base de soutien… après une chute de 58% en moins de trois mois. Comme quoi rien n’est impossible en bourse. Il n’est d’ailleurs pas inconcevable que cette zone de prix soit revue et travaillée, tant que le pétrole restera aussi bas, donc ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, quelle que soit la qualité du dossier traité.


Total
Source : ProRealTime au 20 mars 2020


Autre actif à avoir littéralement craqué, le Bitcoin. Le 12 mars dernier, la crypto la plus traitée a chuté de 50% en séance, sous le poids de ventes paniques. Toutefois, ici encore, cette chute a pu être source d’opportunités pour certains. En effet, graphiquement, vous pouvez constater que le Bitcoin suit une pente haussière long terme matérialisée par une oblique passant vers 4500 dollars. Aussi, en cas de rebond, cette chute pouvait représenter une opportunité d’achat attractive. Les cours ont gagné 50% depuis.


Bitcoin
Source : ProRealTime au 20 mars 2020


Enfin, l’or.

Le métal jaune a été victime de prises de bénéfices massives sous les 1700 dollars. Nombreux évoquent des appels de marge forçant les détenteurs d’or à se défaire de positions, le fameux « deleveraging ». C’est un fait mais il fallait aussi noter qu’un objectif majeur avait été atteint, ce que nous rappelions dès le mois dernier. Aussi, nous attendrons patiemment un éventuel retour des prix à 1360/1380 dollars, soit les hauts de 2016 et 2018, doublés par la moyenne mobile à 20 mois. Un seuil long terme attractif, encore un.

Gold
Source : ProRealTime au 20 mars 2020

En conclusion, la période est historique, les marchés extrêmement volatils, les anticipations complexes, mais nous pensons qu’en prenant du recul, en intervenant principalement sur des zones clés de long terme et en gardant en tête que les performances passées ne préjugent pas des performances futures, l’investisseur peut augmenter sa probabilité de gain.
Nous vous invitons cependant à lever le pied dans de telles périodes et rappelons aux débutants à quel point il est utile de se former en amont avant de vouloir se frotter aux marchés en réel. Nous sommes encore interpellés par le nombre de nouveaux entrants sur le marché action qui ne savent pas ce qu’est un stop, un ATP ou une réservation à la baisse. Si vous ne le savez pas, il est temps d’étudier plus que de trader. Investir demande un apprentissage permanent.

Partagez cet article:

Auteur

Nicolas Chéron

Nicolas Chéron est diplômé d'un Bachelor of Business Administration (BBA) en Marketing & Management International obtenu à l’EDHEC Business School. Il a commencé sa carrière en 2008 en rejoignant ZoneBourse en tant que Co-responsable de l'équipe recherche. En 2010, Nicolas Chéron intègre l'équipe de FXCM, où il occupe le poste de Stratégiste de marché avant de devenir Responsable du département recherche DailyFX. En avril 2015, il poursuit son travail chez CMC Markets France où il est en charge de l’analyse sur toutes les classes d’actifs.

Nicolas Chéron est également l’un des membres fondateurs des Econoclastes, un Think Tank au sein duquel il souhaite favoriser la vulgarisation et la démocratisation de différents concepts économiques et boursiers.

Depuis Septembre 2017, Nicolas Chéron est Responsable de la Recherche Marchés pour Binck.fr. Il a pour missions le développement d’émissions vidéo en direct sur l’actualité économique et boursière ainsi que la rédaction de points de marchés réguliers publiés sur le site Binck.fr.

© Photo Philippe Dureuil

Ces articles pourraient vous intéresser…

Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement.
Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable des éventuelles décisions que vous prendrez sur la base de ces informations. Il est conseillé de se renseigner auprès d'un conseil en investissement agréé avant de prendre une décision d'investissement. Binck.fr ne saurait en aucun cas être tenue pour responsable de l’utilisation faite de cette information par les lecteurs et des conséquences financières, fiscales ou autres résultant des décisions financières prises par ses clients, notamment sur la base de cette information.

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital.