Un actionnariat salarié qui a le vent en poupe en Europe et en France

Article achevé de rédiger le 30 avril 2019

Écrit par Franck Pauly | 5 minutes
MER. 05-06-2019

L’actionnariat salarié se développe en Europe. Et la France, en quatrième position (sur la base du pourcentage du capital détenu par les employés), n'est pas en reste, loin de là. Cet attrait pour ce type d'épargne dans l'hexagone est renforcé par la nouvelle loi PACTE.

Selon le bilan annuel de la Fédération européenne de l’actionnariat salarié (FEAS), 94% des grandes sociétés européennes ont des actionnaires salariés en 2018, contre 78% en 2008, un peu moins de 21% des salariés sont actionnaires. Un taux qui progresse chaque année.

Ces 7,5 millions d’actionnaires salariés détiennent 3,11% du capital de leur société, un niveau en léger recul par rapport aux 3,20% des deux années précédentes, mais qui se maintient au-dessus de 3% depuis 2013 et n’était que de 2,4% en 2006.

La France se situe en quatrième position à 5,3%. A elle seule, avec ses 3,2 millions d’actionnaires salariés, elle pèse 43% des effectifs européens.

Les salariés actionnaires détiennent, selon la moyenne européenne, 51.000 euros (+141% entre 2009 et 2018), et 28.000 euros hors dirigeants exécutifs (+126% sur la période). Les salariés actionnaires non-dirigeants français sont parfaitement en ligne avec cette moyenne européenne. Le record appartient aux Irlandais et aux Islandais avec plus de 110.000 euros et aux Suisses avec plus de 90.000 euros. En moyenne les salariés non-dirigeants détiennent 1,68% du capital, mais la France prend la tête avec 3,8%.

8,6 millions de salariés bénéficient d'un dispositif d’épargne salariale en France

Plus globalement, selon le ministère du Travail, 300 000 entreprises ont mis en place un dispositif d’épargne salariale (participation, intéressement, plan d’épargne salariale) en France, ce qui représente 130 milliards d’euros d’avoir. Un peu moins d’un salarié sur deux, soit 8,6 millions de salariés bénéficient d’au moins un des dispositifs proposés.

Davantage de détails sur l'actionnariat salarié en France sont disponibles dans l’édition 2019 de l’étude annuelle sur l’actionnariat salarié, réalisée par Eres. Selon cette étude, 31 entreprises du SBF120 (soit 26%) ont réalisé au moins une augmentation de capital réservée à leurs salariés ou une cession d’actions existantes aux salariés en 2018. Et au total, 34 opérations d’augmentation de capital réservées aux salariés ou de cession d’actions ont été réalisées dans le SBF120 en 2018.

Ce nombre est le deuxième plus haut pic atteint durant ces 10 dernières années. Il se situe bien au-dessus de la moyenne du nombre d’opérations depuis 2007 (avec 30 opérations annuelles en moyenne répertoriées depuis le lancement de cette étude annuelle).

Montant record d'opérations d'actionnariat salarié pour les sociétés du SBF 120

Et le montant total des opérations collectives d’actionnariat salarié réalisées en 2018 dans le SBF120 atteint le record historique de 3,34 milliards d’euros, selon l'étude 2019 d'Eres sur l'actionnariat salarié. Le montant total des opérations collectives a été multiplié par 2 depuis 2012. Cette progression témoigne des nombreux avantages du dispositif qui en font un puissant outil de management. « Les premiers résultats de l'édition 2019 de l'étude confirment bel et bien les prévisions de l'an dernier, plaçant 2018 comme un grand cru pour l'actionnariat salarié en France. « Cette dynamique positive devrait se poursuivre avec les mesures de la loi PACTE », commente Olivier de Fontenay, Fondateur et Directeur Général d'Eres.

La loi PACTE, qui entre en vigueur cette année, va de fait encore améliorer le système, en facilitant notamment les versements de l’entreprise aux collaborateurs. Depuis le 1er janvier 2019, la contribution patronale de 20% (forfait social) est supprimée sur la participation et l’abondement employeur pour les entreprises de moins de 50 salariés ; uniquement sur l’intéressement pour les entreprises de 50 à moins de 250 salariés. « L’actionnariat salarié représente une opportunité riche de croissance par le partage et l’engagement. Ces valeurs sont celles que nous portons au quotidien chez Eres, en faveur d’un développement dans la coopération et la confiance», commente Olivier de Fontenay, Fondateur et Directeur Général d'Eres. Car l’actionnariat salarié permet de relier les employés aux résultats de l’entreprise dans un climat de confiance.

Un facteur de stabilité du capital

L'actionnariat salarié est d'ailleurs d'ordinaire un facteur de stabilité du capital des entreprises – aussi bien pour les plus grandes valeurs du CAC 40 que pour les plus petites sociétés - et de motivations des salariés au sein des entreprises. Ce qui in fine soutient habituellement les cours de Bourse des sociétés optant pour cette épargne un peu particulière. « Bien que le focus soit souvent mis sur les géants du SBF120, l’actionnariat salarié est aussi un outil très avantageux pour les PME et les Entreprise de taille intermédiaire (« ETI »), » souligne Olivier de Fontenay.

 

Auteur

Franck Pauly

Franck Pauly, journaliste financier indépendant, est aujourd'hui gérant à FAP Conseil. Anciennement rédacteur en chef des pages « Vos Finances » à la Tribune de 2004 a 2011, et rédacteur en chef adjoint des pages « Bourse » de 1999 à 2004, il a préalablement été chef de rubrique banques au sein d'Investir pendant 5 ans et chef de rubrique bourse patrimoine et coordinateur d'enquêtes nationales au sein de Capital. Il a débuté sa carrière en tant que correspondant financier en langue anglaise à l'agence Reuters (bourse, résultats, macro-économie) à Paris, puis comme correspondant à New York pour AFP-EXTEL News.

Il est également professeur de journalisme économique à l'Université Aix-Marseille et enseigne pour le Master Information et Journalisme Économiques à Sciences Po Rennes.

Il est diplomé de l'IEP de Paris, de l'Université de Nice et de New York University.


Ces articles pourraient vous intéresser..

Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement.
Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable des éventuelles décisions que vous prendrez sur la base de ces informations. Il est conseillé de se renseigner auprès d'un conseil en investissement agréé avant de prendre une décision d'investissement. Binck.fr ne saurait en aucun cas être tenue pour responsable de l’utilisation faite de cette information par les lecteurs et des conséquences financières, fiscales ou autres résultant des décisions financières prises par ses clients, notamment sur la base de cette information.

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital.