" Le CAC40 à 5600 points, une chance inestimable "

Article achevé de rédiger le 26 avril 2019

Écrit par Nicolas Chéron | 3 minutes
VEN. 26-04-2019

47%, 37%, 36%, 33%, 32%. Si ces performances étaient celles de gérants star sur 2 ou 3 ans, ces derniers seraient applaudis, or il n’en est rien. Il s’agit, respectivement, de la performance d’Airbus, Dassault, LVMH, Michelin et STMicroelectronics depuis le 1er janvier 2019. Les trois premiers titres de cette liste se sont même permis d’inscrire de nouveaux records historiques, tout comme l’ont fait les indices américains d’ailleurs. Voilà qui fait des heureux.

 

Personne ne s’attendait à un tel mouvement. Gérants, stratégistes, économistes, analystes techniques, traders, tous ont été surpris par la brutalité des mouvements haussiers en cours. Le rattrapage est historique, les marchés sont passés d’un excès de pessimisme à un optimisme exacerbé, les risques de récession sont semble-t-il écartés, la macroéconomie repart, du moins c’est ce qu’on essaie de nous faire croire. Et comme si cela ne suffisait pas, les banquiers centraux ont dévoilé le grand jeu avec des politiques de taux bas éternels et des promesses d’interventionnisme. 

Aussi, pour une majorité d’investisseurs moyen et long terme qui n’avaient pas allégé et créé une poche de cash lorsque le CAC40 a atteint 5600 points en mai dernier, les fonds détenus et les PEA sont remontés sur leurs plus hauts, une chance. Pour les traders actions de court terme, les mois de mars et avril ont été propices à des rebonds par dizaines sur des titres tous secteurs confondus, puis le calme est revenu. La volatilité est au plus bas, les cours ne retracent guère, les opportunités se font moins nombreuses.

 

Loin de nous l’idée de nous faire l’avocat du diable, le but est une nouvelle fois de vous prévenir. Entre mai et septembre 2018 nous avions alerté des risques de chute indicielle, de la mise en place progressive d’une fin de cycle et de l’enclenchement de marchés baissiers en Europe. Un choc a eu lieu avant d’être annihilé mais la donne n’a pas changé pour autant. Nous voilà de nouveau sur des niveaux de valorisation, de surachat et de complaisance qui dépassent l’entendement, si tant est que l’on accepte le postulat d’une fin de cycle inéluctable et proche (dans les trimestres à venir).

 

Comme vous pouvez le constater sur le graphique ci-dessous, d’un marché action qui matérialisait des risques de ralentissement économique prononcé lorsque le CAC40 était à 4600 points, nous sommes repassés en zone de confiance à la frontière de l’euphorie. La question d’un risque asymétrique se pose. Quid du ratio risque/gain actuel, lorsque l’indice est à 2/4% de résistances majeures avec des supports lointains. Le bon sens voudrait que la zone actuelle soit utilisée pour soit remonter ses stops soit prendre des gains et/ou couvrir son portefeuille, créer une poche de cash pour éventuellement se placer sur repli et ne pas subir une nouvelle fois un retracement comme en 2018.

 

Indice CAC40 en données mensuelles depuis 2010  

PXI-Mensuel
Source : Prorealtime au 25 Avril 2019

 

L’idée ici n’est pas d’anticiper un point haut de long terme ou le prochain choc, ce qui est impossible. Simplement nous insistons sur le fait que des replis pourraient avoir lieu sur une majorité de dossiers une fois que la jambe haussière en cours prendra fin. Plus la hausse sera linéaire, sans repli et conséquente, plus le retour de bâton pourrait se faire sentir. Il conviendra donc d’opérer avec prudence, parcimonie et stops de protection dans les semaines à venir afin de se prémunir d’une hausse de la volatilité qui peut se matérialiser à tout instant.

 

Dans les semaines à venir, Etats-Unis et Chine pourraient s’entendre sur un fameux « deal ». Quoique dubitatifs à ce sujet, nous nous gardons bien d’essayer d’anticiper la réaction des marchés à cette éventuelle annonce, après tant de semaines d’attentisme et d’espoir. Simplement, si l’euphorie l’emportait une fois de plus et que l’indice français devait inscrire des records au-dessus de ceux de 2018, nous y verrions l’accomplissement, la fin d’un mouvement, plutôt que le début d’une nouvelle histoire haussière. Nous surveillerions alors l’oblique haussière passant par les plus hauts de 2015 et 2018 et ce qu’il s’y passerait. 

Auteur

Nicolas Chéron

Nicolas Chéron est diplômé d'un Bachelor of Business Administration (BBA) en Marketing & Management International obtenu à l’EDHEC Business School. Il a commencé sa carrière en 2008 en rejoignant ZoneBourse en tant que Co-responsable de l'équipe recherche. En 2010, Nicolas Chéron intègre l'équipe de FXCM, où il occupe le poste de Stratégiste de marché avant de devenir Responsable du département recherche DailyFX. En avril 2015, il poursuit son travail chez CMC Markets France où il est en charge de l’analyse sur toutes les classes d’actifs.

Nicolas Chéron est également l’un des membres fondateurs des Econoclastes, un Think Tank au sein duquel il souhaite favoriser la vulgarisation et la démocratisation de différents concepts économiques et boursiers.

Depuis Septembre 2017, Nicolas Chéron est Responsable de la Recherche Marchés pour Binck.fr. Il a pour missions le développement d’émissions vidéo en direct sur l’actualité économique et boursière ainsi que la rédaction de points de marchés réguliers publiés sur le site Binck.fr.

© Photo Philippe Dureuil

Ces articles pourraient vous intéresser..

Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement.
Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable des éventuelles décisions que vous prendrez sur la base de ces informations. Il est conseillé de se renseigner auprès d'un conseil en investissement agréé avant de prendre une décision d'investissement. Binck.fr ne saurait en aucun cas être tenue pour responsable de l’utilisation faite de cette information par les lecteurs et des conséquences financières, fiscales ou autres résultant des décisions financières prises par ses clients, notamment sur la base de cette information.

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital.