Euro, pétrole et CAC40 : seuils à surveiller

Achevé de rédiger le 10 octobre 2019

Écrit par Nicolas Chéron | 10 minutes
VEN. 11-10-2019

Alors que les marchés financiers sont ballotés au gré des rumeurs au sujet des « deals » du moment, le Brexit et les négociations sino-américaines, prenons du recul sur des actifs qui approchent ou travaillent des zones graphiques clés, ainsi que sur le CAC40 qui navigue entre deux eaux.

Graphique hebdomadaire de la paire Euro/dollar depuis novembre 2016

EURUSD Hebdo
Source : ProRealTime au 10 octobre 2019

Nombreux sont les traders et analystes qui essaient de deviner le point bas sur la paire EUR/USD depuis des mois. Force est de constater que cette dernière est baissière depuis ses plus hauts de début 2018 à 1.25$ et qu’aucun signal majeur de retournement n’a eu lieu pour le moment. Ci-dessus, en périodicité hebdomadaire, nous pouvons constater que les plus hauts et bas sont de plus en plus bas, définition même d’une tendance baissière. Aussi, il conviendra d’attendre une cassure haussière puissante pour envisager qu’un point bas soit enfin marqué. Autre scénario, les cours pourraient rallier la zone des 1.07/1.08 dans les semaines à venir, soit la zone du gap laissé ouvert en 2017 suite à l’élection du président français Emmanuel Macron. Un tel gap est un pivot majeur, un test positif de ce dernier pourrait marquer un changement de rythme, à surveiller donc.

Graphique hebdomadaire du CAC40 depuis février 2017

PXI Hebdo
Source : ProRealTime au 10 octobre 2019

L’indice français n’arrive plus à monter, chaque nouveau plus haut marginal est suivi par un reflux des cours, et ce depuis bientôt 2 ans. Malgré tout, la tendance de fond n’en demeure pas moins haussière et force est de constater que les acheteurs ne veulent pas lâcher la main. En données hebdomadaires, les zones de support et résistance sont clairement identifiables. A la hausse, les 5700 font blocus et tout retour des cours vers, voire au-dessus, de ces derniers seraient probablement l’occasion d’alléger ses positions, voire de couvrir son portefeuille. A la baisse, le support majeur se situe vers 5200 points. En cas de baisse des prix vers ce support suivi d’une réaction positive, certains dossiers pourraient être intéressants à acheter sur repli. A contrario, en cas de cassure, la probabilité d’un dérapage à l’image de ce qu’il s’était passé au second semestre 2018 augmenterait significativement.

Graphique journalier du pétrole WTI depuis avril 2019

CLXXXX Journalier
Source : ProRealTime au 10 octobre 2019

Volteface sur les cours de l'or noir : le pétrole WTI est passé en seulement 3 semaines de son plus haut à son plus bas des cinq derniers mois. Graphiquement, le pétrole est contenu dans un range, soit un canal horizontal de moyen terme, sans véritable tendance. Pressurisé par une dégradation macroéconomique notable et des stocks supérieurs aux attentes ces trois dernières semaines, ce dernier retrouve la borne basse de son range dans la zone des 50/51 dollars.

Une première réaction, plutôt positive, a pris forme jeudi 3 octobre au contact des 51 dollars justement, mais il en faudra plus pour convaincre. A la hausse, en cas de dépassement des 54 dollars, les acheteurs reprendraient la main avec les 56 voire 58 dollars en visée. A la baisse, attention à une éventuelle cassure du seuil psychologique des 50 dollars qui pourrait avoir un impact psychologique fort sur les opérateurs et engendrer des ventes paniques. Les séances à venir seront capitales.

Pour finir, notez que pour un investisseur, ne pas prendre position est une décision d’investissement en soi, ne vous forcez pas à intervenir sur les marchés si vous n’avez pas d’idées précises, de scénarios optimum, de points d’entrées attractifs. Autrement dit, prenons notre mal en patience, la fin d’année devrait être propice, espérons-le, à la résolution ou l’aggravation de certains dossiers, ce qui devrait entraîner de la volatilité, source d’opportunités.

Auteur

Nicolas Chéron

Nicolas Chéron est diplômé d'un Bachelor of Business Administration (BBA) en Marketing & Management International obtenu à l’EDHEC Business School. Il a commencé sa carrière en 2008 en rejoignant ZoneBourse en tant que Co-responsable de l'équipe recherche. En 2010, Nicolas Chéron intègre l'équipe de FXCM, où il occupe le poste de Stratégiste de marché avant de devenir Responsable du département recherche DailyFX. En avril 2015, il poursuit son travail chez CMC Markets France où il est en charge de l’analyse sur toutes les classes d’actifs.

Nicolas Chéron est également l’un des membres fondateurs des Econoclastes, un Think Tank au sein duquel il souhaite favoriser la vulgarisation et la démocratisation de différents concepts économiques et boursiers.

Depuis Septembre 2017, Nicolas Chéron est Responsable de la Recherche Marchés pour Binck.fr. Il a pour missions le développement d’émissions vidéo en direct sur l’actualité économique et boursière ainsi que la rédaction de points de marchés réguliers publiés sur le site Binck.fr.

© Photo Philippe Dureuil

Ces articles pourraient vous intéresser…

Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement.
Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable des éventuelles décisions que vous prendrez sur la base de ces informations. Il est conseillé de se renseigner auprès d'un conseil en investissement agréé avant de prendre une décision d'investissement. Binck.fr ne saurait en aucun cas être tenue pour responsable de l’utilisation faite de cette information par les lecteurs et des conséquences financières, fiscales ou autres résultant des décisions financières prises par ses clients, notamment sur la base de cette information.

Le placement en Bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ne sont pas constantes dans le temps et ne constituent en aucun cas une garantie future de performance ou de capital.