Analyses

Blog de la bourse en ligne

Le CAC40 de retour en zone de turbulence

Article achevé de rédiger le 5 juillet 2019

Écrit par Nicolas Chéron | 6 minutes
LUN. 08-07-2019

Fin avril nous avions rédigé une analyse intitulée « 5600 points, une chance inestimable », nous expliquions alors la notion de risque asymétrique tout en invitant à la prudence : « Quid du ratio risque/gain actuel, lorsque l’indice est à 2/4% de résistances majeures avec des supports lointains. Le bon sens voudrait que la zone actuelle soit utilisée pour soit remonter ses stops soit prendre des gains et/ou couvrir son portefeuille, créer une poche de cash pour éventuellement se placer sur repli et ne pas subir une nouvelle fois un retracement comme en 2018 ». 10 semaines plus tard, après être passé par la case 5200 points (soit tout de même 400 points de baisse), l’indice français est de retour sur les 5600 points, il s’est offert un nouveau record à 5630 points, non loin de son top de marché de 2018 situé à 5650 points et notre constat n’a pas changé.

Depuis le début du mois de juin, les marchés ont été portés par des espoirs :
- De deal entre la Chine et les USA qui est toujours en discussion
- De baisse de taux de la FED qui ne le fera pas forcément fin juillet
- De soutien de la BCE bientôt dirigée par Christine Lagarde

Le tout alors que les chiffres économiques continuent de se dégrader à travers la planète et que les résultats du deuxième trimestre sont attendus de pied ferme par les opérateurs.

Autrement dit, la dégradation de la toile de fond est palliée par des promesses de liquidités qui inondent jusqu’ici les marchés financiers et soutiennent artificiellement les indices boursiers. Cette situation inédite invite à la prudence, car l’été n’est généralement pas une période propice à des rallyes boursiers. Nous pourrions manquer de catalyseurs et des prises de bénéfices voire un accident baissier pourraient tout à fait prendre forme, comme à l’été dernier.

Quant à la baisse de taux de la FED le 31 juillet prochain, nous pensons que les opérateurs pourraient être déçus. En effet, les derniers NFP (chiffres mensuels de l’emploi aux USA) font ressortir plus de 220 000 créations d’emplois, l’économie américaine reste robuste et la réserve fédérale n’a aucune raison de se presser à baisser ses taux en plein été si ce n’est pour gonfler la bulle indicielle et ravir Donald Trump, ce qui à priori n’est pas le but premier de Jerome Powell. Autrement dit, prudence sur les zones de prix actuelles, le potentiel semble asymétrique, avec des résistances proches des cours et des supports de plus en plus éloignés.

CAC40 en données journalières depuis mai 2018

PXI Journalier
Source : ProRealTime, au 5 juillet 2019

Graphiquement, l’indice français est passé d’une zone de soutien clé à 5200 points, à une zone de résistance long terme entre 5600 et 5650 points. Nous pouvons noter des volumes faibles, une divergence baissière sur l’indicateur RSI qui flirte avec sa zone de surachat, une zone de résistance horizontale et une possible configuration en étoile du soir, particulièrement baissière pour la suite si l’échec était ici confirmé. Autrement dit, la hausse pourrait patiner, un contrecoup n’aurait rien d’illégitime, auquel cas les prix pourraient continuer d’évoluer un certain temps entre 5200 et 5600 points, comme depuis 4 mois.

Sur le zoom ci-dessous, notez que les prix sortent parfois marginalement d’un range horizontal pour mieux repartir dans l’autre sens et le réintégrer. Nous avons assisté à ce phénomène sous 5200 points fin mai, nous pourrions constater sa répétition mais à la hausse cette fois, au-dessus des 5600 points, avant réintégration. C’est en tout cas une possibilité tant que les prix évolueront sous les plus hauts de 2018 à 5650 points. A contrario, le doux rêve haussier pourrait perdurer une partie de l’été, peut-être en direction des 5750/5800 points ?

CAC40 en données journalières depuis mai 2018

PXI Journalier2
Source : ProRealTime, au 5 juillet 2019

En conclusion, comme le dit l’adage, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. L’investisseur prudent profitera de l’embellie récente pour sécuriser ses positions avant de partir en vacances : il peut prendre une partie de ses bénéfices, remonter ses stops, alléger des positions moyen terme, ou encore couper ses positions court terme, et ainsi profiter de l’été l’esprit tranquille.

Auteur

Nicolas Chéron

Nicolas Chéron est diplômé d'un Bachelor of Business Administration (BBA) en Marketing & Management International obtenu à l’EDHEC Business School. Il a commencé sa carrière en 2008 en rejoignant ZoneBourse en tant que Co-responsable de l'équipe recherche. En 2010, Nicolas Chéron intègre l'équipe de FXCM, où il occupe le poste de Stratégiste de marché avant de devenir Responsable du département recherche DailyFX. En avril 2015, il poursuit son travail chez CMC Markets France où il est en charge de l’analyse sur toutes les classes d’actifs.

Nicolas Chéron est également l’un des membres fondateurs des Econoclastes, un Think Tank au sein duquel il souhaite favoriser la vulgarisation et la démocratisation de différents concepts économiques et boursiers.

Depuis Septembre 2017, Nicolas Chéron est Responsable de la Recherche Marchés pour Binck.fr. Il a pour missions le développement d’émissions vidéo en direct sur l’actualité économique et boursière ainsi que la rédaction de points de marchés réguliers publiés sur le site Binck.fr.

© Photo Philippe Dureuil